accord perdu

 
J’étais sans regard aux fenêtres austères
On criait au dehors je ne sais quelle fête
Un jouet de la foule, semblant de mystère
Ondoyait à la rue sa croupe silhouette
Des visages géants gueulaient goguenards
des hymnes de pacotille ampoulés de fureur
A l’air étouffant, aux sueurs de foutoir
Aux fines jambes aiguilles qui énumèrent les heures

j’étais sans regard aux fenêtres austères
Aux lézardes des pierres, au lierre du hasard
L’obsolescence du monde coulait en sa gouttière
Où des matous avides tendaient des traquenards
Bientôt la nuit et ses yeux d’années lumière
mais j’étais sans regard aux planètes austères

 

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)