A la station du …

 
Elle regarde défiler le train de la vie
Lâchée par ses rêves et ses envies
Sur ce quai, elle se sent bien triste
Et le monde lui semble si égoïste

À la station du temps présent
Les heures sont en suspens
Les horloges se sont arrêtées
Les aiguilles se sont figées

Avec ses valises, ses bagages
Son mari et amant l’a quitté
Parti pour un dernier voyage
La voici perdue, abandonnée

À la station du temps présent
Les heures sont en suspens
Les horloges se sont arrêtées
Les aiguilles se sont figées

En elle, ni haine, ni colère
Maintenant, la vie l’indiffère
Son unique vœu, le rejoindre
Elle le crie à qui veut l’entendre

À la station du temps présent
Les heures sont en suspens
Les horloges se sont arrêtées
Les aiguilles se sont figées

Mais personne ne l’écoute
Vivre seule, ça ! Elle redoute
Il lui reste un dernier train
Un terminus pour son destin

Copyright © 2001 [carnet à spirales] Dany – Tous droits réservés

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)