Banlieue

 
Ce n’est qu’un chien
Et moi, je ne suis rien.
Rien qu’un vagabond
Dont il est le compagnon.
Un gosse de la rue,
Né de père inconnu
La ville et sa misère
Sont mon seul univers.
Et si je crache ma haine
C’est pour cacher ma peine.
Je ne tue pas les keufs
Et ne viole pas les meufs.
Pourtant tous les bourgeois
Me montrent du doigt.
Moi, le sans-abri
On me traite avec mépris.
Alors, je crie mon refus
D’être pris pour un rebut.
Et si de la couleur de ma peau
Il me faut en faire un drapeau
Partisans de Lucifer
Vous connaîtrez l’enfer.

Copyright © 2001 [carnet à spirales] Dany – Tous droits réservés
 

photo récupérée sur le web

sdf

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Il est vrai que malheureusement, ils sont trop souvent invisibles ou inspirent ce que vous décrivez

Oui c’est insupportable Guy de voir des personnes ainsi dans la rue avec pour juste bagage une couverture et un sac ou toute leur vie se cache dedans… Moi souvent je donne du pain du lait mais je sais que ça n’est pas suffisant, c’est pas normal qu’en 2016 ces gens ai pour matelas un carton et pour seul chauffage des bouches d’aérations… Pensons a eux..Merci

Le Monsieur. Sur le trottoir , insupportable à mes. Yeux !!!

Malheureusement notre réalité, Ou règne l’égoïsme,la haine,le racisme,la jalousie ni pitie ,ni amour ,ni fraternite

Très touchant…qui ne laisse pas indifférent !

magnifique et si vrai, il est si difficile de comprendre ce que ressent un sans abri, et lorsqu’on les voit sourire, c’est très souvent à leur chien; et c’est beau; malheureusement, il existe très peu de lieux où l’on accepte les chiens, et pourtant, comment demander de laisser son meilleur ami à la porte, alors qu’on partage tout avec lui

quel beau poème… j’aime beaucoup… touchant….

demain c est peut etre moi

c’est vraiment triste et surtout en ces périodes

Si tristement beau ! Nous sommes si peu de chose , mais heureusement il nous reste les mots .

Ce n’est pas rien c’est un humain et son chien dans un monde inhumain.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)