Bohème

 
C’était une fille du vent
Je la rêve bien souvent
Nous étions deux amants

Même si le temps a passé
Son souvenir est resté
Au fond de moi, bien ancré

Elle s’habillait de pluie et de vent
Le regard porté vers le firmament
Son rire était celui d’une enfant

Elle courait nu-pieds dans la rosée
Libre dans sa tête, elle était ma fée
Ma muse, ma folie, ma chère liberté

Nous avons tous eu la même
Compagne des matins blêmes
Elle avait pour nom, Bohème

 

Copyright © 2001 [carnet à spirales] Dany – Tous droits réservés

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)