Poèmes

Il aura suffit

 

Sur les terres brûlantes de l’enfer
J’ai humé le parfum doux et amer
De plantes aux plaisirs éphémères

Là, aux limites de l’impensable
Où il n’existe ni dieu ni morale
J’ai goûté aux fleurs du mal

Je me suis enivré de boissons fortes
De celles dont le nectar vous emporte
Et puis vous abandonne, l’âme morte

Avec mes démons, il m’a fallu en découdre
Par des nuits d’orages au ciel de foudre
J’ai respiré l’odeur acre de la poudre

De ces visions dont je ne peux détourner le regard
Il me reste parfois, certaines nuits, des cauchemars
Me laissant ainsi au petit matin , les yeux hagards

Mais, il aura suffit de quelques mots
A la saveur douce et sucrée d’un sirop
Pour apaiser,enfin, mon mal et mes maux

 

Copyright © 2001 [carnet à .........