Poèmes

Colère jaune

  Ils n’ont rien ou si peu La détresse dans les yeux Pour seule lumière, un gilet Quelques lignes en entrefilet On les humilie, on les méprise Pour là haut, juste une crise Ils survivent en cette macronie Une dictature n’est pas une vie Ils sont jeunes, ils sont vieux Espèrent juste un petit mieux […]


À nos soldats

 


La ville basse

Dans les ruelles de la ville basse,J ‘y ai noyé le temps qui passe, Bien loin du port et de sa rade, De l’autre coté de la rambarde


L’automne

De cette terre enfin mise à nue, S’évapore telle une âme perdue, Qu’un petit vent frais d’automne,


Madame

J’irai jusqu’au bout de votre désir, Vous faire connaître l’ultime plaisir, Là, où le corps, enfin s’affranchit