Textes

Souvenirs

 

Djibouti, pays mythique, c’est là que je débarque en mars 1977, j’ignorais ce jour-là, que ce pays allait me marquer à vie. Sur cette partie de l’Afrique, surnommée la Corne ( al oueb) où le poète Rimbaud, abandonné des muses chercha fortune, trafiquant d’armes, commerce de café, il n’y trouva que l’aventure. Pour Monfreid, l’écrivain, l’aventurier, le navigateur, cette partie du monde n’avait aucun secret. Leurs points communs, le respect de ce pays ainsi que celui de ces habitants.
Rien ne me prédestinait à débarquer sur cette terre aride. Tout commença sans aucun doute, cette journée d’hiver lorsque je poussais les portes du bureau de recrutement, mon but devancer l’appel. L’attente interminable dans l’immense couloir de cette ancienne caserne tandis qu’à l’extérieur soufflait le vent d’hiver. Sur les carreaux des fenêtres s’écrasaient les premiers flocons, le ciel était gris, le monde me semblait triste, j’avais besoin de nouveaux horizons. C’est ce que compris immédiatement l’homme qui me reçut, le sourire colgate, un uniforme parfaitement repassé, plissé, il me fit penser à un VRP prêt à tout pour vendre son produit. Avec moi, aucune difficulté, j’étais le bon client, un peu de blabla, une carte du monde, des noms d’îles lointaines, le soleil, les palmiers, l’aventure, les arguments ne lui manquent pas. Bref, je signe les yeux fermés un engagement pour dix-huit mois. Viré du .........