In vino veritas

 
Je l’absorbe, il m’imprègne
Circule dans mes veines
Il coule, il coule
Et me saoule

A la bouteille, à la pinte
Il me chauffe, et m’enchante
Ce sont des trips, des délires
M’enivre et me fait rire

Il est le sang de la terre
Avec je vois la vie à l’envers
Blanc, rouge et merveilleux
On le dit nectar des dieux

Si je bois jusqu’à satiété
Ma folie devient réalité
Alors verre après verre
J’aligne quelques vers

Je l’absorbe, il m’imprègne
Circule dans mes veines
Il coule, il coule
Et me saoule

Copyright © 2001 [carnet à spirales] Dany – Tous droits réservés

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Une étude post-mortem d’environ 300 écrivains et peintres, effectuée en 1996 par la Société Royale de Psychiatres du Royaume-Uni, démontrait un taux d’alcoolisme de plus de deux fois le taux normal.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)