La nuit

 
Mais où va-t-elle donc ainsi la nuit
Qui aux premières lueurs s’enfuit
Me laissant avec mes rêves
Et au petit jour qui se lève

Je ne peux ni l’attraper, ni la prendre
Il me faudra avec patience l’attendre
Jusqu’au coucher du soleil
Quand dame Lune s’éveille

Devant moi, la porte des songes
S’ouvrira sur un nouveau passage
Une voie nouvelle, pavée d’étoiles
Vers lesquelles enfin, je m’envole

Peut-être bien m’emmènera-t-elle
Bien loin, tout là-bas, avec elle
Ne plus revenir, ne plus souffrir
Tirer ma révérence, sans rien dire

Copyright © 2001 [carnet à spirales] Dany – Tous droits réservés

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)