La vieille

 

C’est une fleur qui se fane
Appuyée sur sa canne
Que les gosses chicanent

Elle déambule sur le trottoir
À la recherche d’un reposoir
D’un petit banc pour s’asseoir

D’où, perdue et absente
Elle jette quelques miettes
Aux pigeons qui se délectent

Elle s’extasie, la vieille
Comme une gamine, s’éveille
Devant la beauté du ciel

Un enfant qui lui tend la main
Le rire ou le sourire d’un gamin
Sont autant de plaisirs quotidiens

Il lui suffit souvent de si peu
Pour qu’ainsi, elle s’émeut
De ces instants merveilleux

Pourtant, l’envie de vivre l’a quitté
Elle voudrait qu’on la laisse aller
Et ainsi retrouver toute sa sérénité

Copyright © 2001 [carnet à spirales] Dany – Tous droits réservés

Merci à Brigitte Mallard auteure de cette photo, je vous invite également à cliquer sur le lien suivant :

Fond-Ecran-Image

Dans les Jardins de Venise :
Il commence à neiger. La vieille dame se hâte de rentrer chez elle. Couinement des roues du caddie… Les pigeons la suivent comme une traîne.

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Quelle douceur dans vos mots .

Elle s’extasie, la vieille
Comme une gamine, s’éveille
Devant la beauté du ciel

Je n’ai rien à ajouter . Merci Dany .

sobre simple et bien senti!

Un poème dont la simplicité met en avant le superbe message d’espoir !

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)