Le crayon

 
Une taille bien diminuée
La mine plutôt fatiguée
Et son corps si mordillé
Prouvent qu’il a bien peiné

Là, à ses côtés, sur le bureau
Il aperçoit les petits nouveaux
Ils sont grands, ils sont beaux
Avec leurs gommes en chapeau

Le temps flambe comme une torche
On ne peut lui faire aucun reproche
Mais sa fin est proche
Pourtant, il s’accroche

Sur ces feuilles où il dessine
De sa belle écriture si fine
Il y a tracé tant de lignes
De courbes et de designs

Et c’est une petite main
Qui décida de son destin
La menotte d’un gamin
Pour un dernier dessin

Copyright © 2001 [carnet à spirales] Dany – Tous droits réservés

crayon
 

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

j’aime beaucoup vos poèmes et celui, là je l’apprécie beaucoup pauvre petit crayon en fin de vie il a été bien utile il fut un temps mais justement il s’est usé bonne soirée

Les deux premières lignes ont aiguisé (mon crayon) ma curiosité.
Joli poème avec une petite pointe (de crayon) de tristesse.
Je ne me sens pas de taille (crayon) à composer un aussi beau texte, néanmoins je pose ici ce message pour complimenter son auteur. Cordialement.
31 mai 2011
Guillemet

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)