Le mariage

 
Les cloches sonnent à la volée
La foule crie  » vive la mariée  »
Le père s’autorise quelques petites larmes
Sous le regard attendri d’une vielle dame.
Les gamins piaillent et crient
Tout en jetant les dragées et le riz.
Dans la salle, le pétillant coule à flot,
Une grand-mère émue éclate en sanglot
La mariée virevolte avec légèreté
Aux bras de danseurs éméchés
Certains écoutent les blagues graveleuses
D’un oncle à la mine radieuse
Dont le costume semble aussi flétri
Que ses douteuses plaisanteries
Un copain, comique de service
Se prenant pour Jerry Lewis
Met à l’honneur
Fluide glacial et coussin péteur
Ne faisant rire que lui.
Plus tard, dans la nuit
Le beau-frère, ivre mort
En bout de table, s’endort
Une demoiselle, cousine lointaine
Pousse une vielle rengaine
Sous les applaudissements polis
D’un auditoire à demi endormi
Bravant sa vieille, au regard de vipère
Un ancien se serre un dernier verre
Les photos circulent de main en main
Tout en sachant que le lendemain
Elles iront à jamais jaunir
Dans le tiroir aux souvenirs.

mariage

Copyright © 2001 [carnet à spirales] Dany – Tous droits réservés
 

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)