Le mercenaire

Elle gisait là, sans vie
Alors, j’ai compris
Moi, le chien de guerre
L’homme au cœur de pierre
J’ai pleuré comme un enfant.
Elle n’avait que dix ans
Ses yeux reflétaient la haine
Et toute la détresse humaine
Alors, j’ai séché mes larmes
Repris mon arme
Et vendu mon âme.

(Djibouti, 1977)

gosse

Image en provenance du web

Copyright © 2001 [carnet à spirales] Dany – Tous droits réservés.

 

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Ce poème très émouvant m’a touchée en plein cœur !

Tout les guerres étaient financière.Elle étaient toute sous de faux drapeau comme présentement dans les pays arabes.Ils veulent leur richesses naturel.

très fort et triste à la fois

Très puissant, bravo.

un soldat fait un travail noble quand il protège les frontières de son pays contre les intrus ,pas pour exhiber sa puissance chez les pauvres misérables misère sur misère,

Monsieur le soldat ,démissionner ,pour ne pas faire de sale boulot

Très touchant . il arrive qu’on se demande si un soldat a vraiment une vie.. Il doit être fier de lui-même car il garde l’humanité et se sacrifie pour que les autre vivent en toute sécurité

Laisser un commentaire