Les p’tits sauvages

 
Une légende raconte que quelque part dans l’Yonne, dans une forêt du côté de Saint Jean, vit une peuplade mystérieuse. Les p’tits sauvages, c’est ainsi que les nomment les gens du cru. Des êtres étranges, de petites tailles, vivant nu et uniquement visible des enfants. Les papas portent une plume noire, les mamans une plume blanche, les enfants une plume verte et le grand chef une plume jaune.

Dimanche dernier ma fille, Sandrine, m’a fait visiter leur village. Une petite source, très particulière, prend naissance entre les racines d’un arbre séculaire offrant un passage mystérieux vers les entrailles de la terre. Leurs maisons sont faites uniquement de branches mortes et surtout elles ne comportent pas de toiture. Ceci, parait-il, est dû au fait que leurs petites tailles ne le permettent pas de monter aussi haut, mais c’est surtout je crois, la crainte que le toit ne leur pas tombe sur la tête. D’autre part, d’après leurs règles, il est absolument interdit de détruire une cabane, à moins bien sûr que celle-ci menace de s’écrouler. J’ai eu le bonheur et la chance d’apercevoir l’un d’entre ceux au somment d’un arbre, m’observant avec curiosité, sans doute a-t-il vu en moi, une âme d’enfant.

Lorsqu’un garçon et une fille sont en âge de devenir parents, ils se rendent à la source avec le grand chef. Celui-ci fait quelques incantations dans une langue étrange, alors sort du passage un petit enfant. C’est ainsi que naissent les p’tits sauvages et quand l’âge est venu de quitter la forêt, l’ancien reprend le chemin inverse afin de rejoindre les entrailles de la terre. Et la vie s’écoule ainsi, tranquille et paisible dans la forêt de Saint Jean, perturbée parfois par le cri des enfants venus visiter le village.

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)