L’homme qui s’en va

 
Derrière ses rideaux
Elle a le cœur gros
Il le sent, elle le guette
Bien sûr, déjà, il regrette
Perdu dans ses pensées
Il remonte l’allée

Ça ne se retourne pas
Un homme qui s’en va

Aux fonds de ses yeux
Des larmes comme aveux
Cela, elle ne le voit pas
Cela, elle ne le sait pas
C’est un homme qui s’enfuit
Avec sa souffrance en lui

Ça ne pleure pas
Un homme qui s’en va

Elle voudrait sentir ses bras
Bien au chaud sous les draps
Entendre le claquement d’une porte
Pour que la joie la transporte
Un bruit de pas dans l’escalier
Pour qu’elle puisse enfin espérer

Mais ça ne revient pas
Un homme qui s’en va

Copyright © 2001 [carnet à spirales] Dany – Tous droits réservés
 

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

On ne peut ni gommer le passé, ni l’effacer, mais juste écrire l’avenir, encore faut-il avoir une bonne plume.

A l’homme qui s’en va…

Tu tires un trait sur les jours passés
Tes souvenirs y sont tous alignés…

Même si ta main et sa gomme les effacent
Regarde ça et là, il y a encore des traces…

La liberté possède tant de visages,
Toi même porte le lourd bagage…

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)