Petite kabyle

 

Aussi belle qu’une mélodie
De Lounés, le poète insoumis
Elle se prénommait Sadia
C’était une fille de là-bas
Des hauts plateaux de Kabylie
Où les femmes sont si jolies
Lorsqu’elle me parla de Tizi-Ouzou
Ignare, je lui dis « mais c’est où ? »
C’est là-bas que je suis née !
Parmi les champs d’oliviers
Répondit-elle, des larmes dans la voix
Il y avait dans son regard, tant d’émoi
C’était une petite fleur déracinée
Bien loin de sa terre bien-aimée
De l’autre coté de la grande bleue
Là, où le soleil est, dit-on, radieux
Puis un jour elle est enfin repartie
Retrouver son pays, sa belle Kabylie

Elle se prénommait Sadia
C’était une fille de là-bas

 

Copyright © 2001 [carnet à spirales] Dany – Tous droits réservés

image issue du web

Si vous avez apprécié cet article, prenez le temps de laisser un commentaire, ou de le liker, merci à vous!

Commentaires

Grand merci Andrée, bonnes fêtes de fin d’année à vous aussi!

Je suis d’ici et j’aime tous ceux d’ailleurs
qui nous apporte des belles histoires des poèmes et des
tableaux/images magnifique

JOYEUSE & BONNE SAISONS DES FÊTES

A VOUS DANY ET VOTRE FAMILLE

Merci beaucoup Rose

Superbe récit, émouvant.. La femme Kabyle, référence de la beauté Algérienne.. Merci Dany.

Vos commentaires apparaîtront ci-dessus aprés validation, merci à vous !


(requis)

(requis)