Petite kabyle

 

Aussi belle qu’une mélodie
De Lounés, le poète insoumis
Elle se prénommait Sadia
C’était une fille de là-bas
Des hauts plateaux de Kabylie
Où les femmes sont si jolies
Lorsqu’elle me parla de Tizi-Ouzou
Ignare, je lui dis « mais c’est où ? »
C’est là-bas que je suis née !
Parmi les champs d’oliviers
Répondit-elle, des larmes dans la voix
Il y avait dans son regard, tant d’émoi
C’était une petite fleur déracinée
Bien loin de sa terre bien-aimée
De l’autre coté de la grande bleue
Là, où le soleil est, dit-on, radieux
Puis un jour elle est enfin repartie
Retrouver son pays, sa belle Kabylie

Elle se prénommait Sadia
C’était une fille de là-bas

 

Copyright © 2001 [carnet à spirales] Dany – Tous droits réservés

bucolique kabylie 1923 bordeaux 112x186

(tableau de Marius de Buzon, La bucolique kabyle)

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)