Une petite larme

Je l’ai dans ma ligne de mire
Une pression, il cesse de vivre
Moi et mon arme
Pas d’état d’âme

Suis Dieu, suis le maître
Suis soldat et dois le faire
Entre mes mains
Repose son destin

Même si cette idée me grise
Ma conscience me méprise
Mais une larme de soleil
S’est posée sur mon œil

Une petite larme de rien du tout
Une petite larme et c’est tout
Et cette petite larme a suffi
Un jour, à épargner une vie

 

Copyright © 2001 [carnet à spirales] Dany – Tous droits réservés

La petite histoire : (source, wikipedia)

Un sniper, tireur embusqué1, tireur isolé2 ou franc-tireur est un tireur d’élite militaire spécialisé, pouvant opérer seul ou généralement avec un binôme (spotter, « observateur » en français) en profondeur dans les lignes ennemies, dans le but de transmettre des informations importantes pour le commandement ou de neutraliser une cible.

Le tireur embusqué diffère du tireur de précision (marksman en anglais, anciennement sharpshooter) principalement dans la doctrine d’emploi, totalement différente. Le commandement fait appel aux snipers du fait de leur spécialisation (connaissances en tactique, survie, transmission, armement, tir longue distance, etc.), pour des missions de plusieurs heures jusqu’à plusieurs jours en milieux totalement isolés, tandis que le tireur de précision appartient à une section d’infanterie. Ils n’emploient généralement pas le même calibre ni le même type d’arme.

Le terme est aussi couramment utilisé pour désigner un tireur isolé agissant de son propre chef, dans un but de guérilla urbaine (groupes rebelles ou terroristes), comme cela s’est développé dans les conflits en Irak, en Syrie ou en Tchétchénie par exemple.

 

sniper

Sniper du 2ième REP ( image issue du web)

Si vous avez apprécié cet article, prenez le temps de laisser un commentaire, ou de le liker, merci à vous!

Commentaires

bravo!! un beau poème rempli d’humanisme et d’amour !!j’adore!!

Très beau poème,vrai et poignant…félicitation…!

J’aurais tué bien sûr pour défendre mes enfants. J’aurais donné ma vie pour sauver la leur. Bien sûr
Là, tuer, devoir tuer dans les conditions de guerre d’un pays…engendre la compassion (ici!) ou la peur, la haine la cruauté . Les dégâts sont aussi chez celui qui tire. Mais il doit y avoir un code d’honneur, un respect de l’ennemi un respect de l’autre homme une humanité dont la guerre ne vient pas à bout.
Et pourtant les camps de concentration…les attentats des terroristes… ceux là d’ailleurs semblent ignorer que la guerre sainte se mène à l’intérieur de soi – même

Vos commentaires apparaîtront ci-dessus aprés validation, merci à vous !


(requis)

(requis)