Vague à l’âme

 
Je cultive mon ennui
Sur une page jaunie
Mon quotidien me lasse
La routine est une impasse
Chaque matin l’arrogant réveil
Me tire d’un profond sommeil
Pas plus envie d’aller au travail
Que de faire ménage au bercail
J’ai perdu toutes les envies
Qui éveillaient mes fantaisies
Pourquoi cette obscure lenteur
Et ces journées sans couleur
Comme un sombre détenu
Je suis lugubre en retenue
J’attends au fond de l’isoloir
De fortuites visites au parloir
Il me faut éloigner les longs soupirs
Pour que reviennent les mots à écrire

Marie 22 juillet 2012

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)