Vie

 
Silence,

Troubles paisibles de désirs inavoués,
S’attachent aux gestes de celle qui les cause,
Innocente coupable aux effluves de rose,
Chiffonne l’équilibre d’une âme de papier.

Papier,

S’échauffe et brûle dans une flamme bleue,
Pour un blâme se froisse ou se plie en deux,
Tour à tour de lignes se nourrit,
La phrase d’un jour le texte d’une vie.

Vie,

Rapide défilé si peu apprécié,
Toujours en avance sur l’instant présent,
Et l’Homme en retard se voit obligé,
D’abréger son heure pour rattraper son temps.

Temps,

Paradis infernal, domaine du vent,
Entité perdue, lointain échappé,
Creuse l’espace et cause le regret
Chez ceux qui s’attachent à rester enfant.

Enfant,

Jeune espoir mêlé d’inconscience,
Toi qui connaîtra l’amour , la joie et la peur,
Préserve l’or dont se nourrit ton coeur,
Pour vivre heureux et mourir en silence.

 

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)