Abd el-Haï ( l’esclave du vivant)

 

On dit, qu’au large d‘al oueb
Dans la passe du Bab el- mandeb
Vogue parmi les récifs
Solitaire, un frêle esquif
Un boutre fantôme
A son bord, ni âme, ni homme
Mais cachée en fond de cale
Une marchandise peu banale
L’on dit aussi que de l’au-delà
Sur lui veille son nacouda
Tandis que souffle le khamsin
Des côtes, résonnent en sourdines
Les voix des marins somalis
Chantant la légende d’Henry.

Copyright © 2001 [carnet à spirales] Dany – Tous droits réservés

 

Abd el hai

Image en provenance du web

La petite histoire

Gosse, je suivais avec assiduité cette série mythique, les secrets de la mer rouge. Henry de Monfreid était un personnage qui me fascinait. Je ne me doutais pas que quelques années plus tard, j’y serai à mon tour. A cette époque, 1977, 1978, un de ses anciens hommes était encore de ce monde. Depuis, j’ai lu une bonne partie de ces livres, où je retrouve avec plaisir, les parfums  et les lieux de ce pays.

Déposez dans cette boite, un mot, un sourire, une larme .

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.