Petite kabyle

Aussi belle qu’une mélodie
De Lounés, le poète insoumis
Elle se prénommait Sadia
C’était une fille de là-bas
Des hauts plateaux de Kabylie
Où les femmes sont si jolies
Lorsqu’elle me parla de Tizi-Ouzou
Ignare, je lui dis “mais c’est où ?”
C’est là-bas que je suis née !
Parmi les champs d’oliviers
Répondit-elle, des larmes dans la voix
Il y avait dans son regard, tant d’émoi
C’était une petite fleur déracinée
Bien loin de sa terre bien-aimée
De l’autre coté de la grande bleue
Là, où le soleil est, dit-on, radieux
Puis un jour elle est enfin repartie
Retrouver son pays, sa belle Kabylie

Elle se prénommait Sadia
C’était une fille de là-bas

Copyright © 2001 [carnet à spirales] Dany – Tous droits réservés

image issue du web

Déposez dans cette boite, un mot, un sourire, une larme .

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.