Révolte

À tous ces donneurs de leçons
De tous bords et de tous horizons
Ces respectables hommes politiques
Qui, d’une fille de la république
De Marianne la pucelle
En ont fait une mère maquerelle
Belles images de barbeaux
En chaussures croco
Aux comptes bien garnis
Et aux ventres rebondis
Cachant une bien triste réalité
Sous une apparente respectabilité
Aux odeurs nauséabondes
D’une classe immonde
Alors, même si je suis le seul
Moi, je vous crache à la gueule
Et je vous hurle et je vous crie
Ma haine, ma rage et mon mépris

Copyright © 2001 [carnet à spirales] Dany – Tous droits réservés

Marianne
tableau d’Eugéne Delacroix

Déposez dans cette boite, un mot, un sourire, une larme .

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.