Senteurs illicites

 

C’est en haut de la charme
Aux pieds de la grande Dame
Que je m’enivre et m’évade
Dans une torpeur vagabonde
Respirant une herbe interdite
Aux mille senteurs illicites
Libérant ainsi mon esprit
Porte ouverte sur l’infini
Vision lointaine et éphémère
Au goût triste et amer
Peuplée de rêves perdus
Et d’espoirs déçus

vierge

Copyright © 2001 [carnet à spirales] Dany – Tous droits réservés

Déposez dans cette boite, un mot, un sourire, une larme .

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.